Histoires de transmissions
Histoires de transmissions
Actualités
Actualités
Contact

Le Colysée

4, place Charles Hernu
69 100 Villeurbanne

+33 (0) 4 72 91 89 91

contact@orfite.com

LinkedIn

Orfite et SPhere

Orfite et SPhere

Orfite et SPhere : une rencontre et une opération atypiques

Lorsqu’on s’intéresse à la rencontre entre SPhere et Orfite, on mesure l’ambition et le goût du risque calculé qui animent les dirigeants des deux sociétés. Pour réussir, il faut penser – et agir – en dehors des cadres. Un parti pris qui est bien celui de John Persenda depuis plus de 40 ans, à la tête d’une entreprise d’emballages ménagers devenue leader européen et visant le milliard de chiffre d’affaires d’ici trois à cinq ans. A priori, rien ne devait amener une entreprise comme Orfite à entrer dans cette nouvelle « SPhere »… Et pourtant.

Champion de l’emballage ménager

En 1976, John Persenda, ingénieur chimiste de formation, crée son entreprise dans le domaine de l’emballage ménager. Il propose à la grande distribution française qu’il a connue antérieurement chez Shell de lancer les marques de distributeurs. Très vite, l’innovation produits devient le premier moteur de développement de l’entreprise. La progression ininterrompue de son chiffre d’affaires, induite par la croissance organique et par des acquisitions ciblées en France comme à l’étranger, conduit le dirigeant à faire entrer un premier investisseur en 2005 puis un second en 2011.

Anticiper la révolution des bioplastiques

Entre temps, SPhere s’est constamment réinventée, prenant notamment un tournant décisif en 2005 lors du rachat de la société allemande Biotec. Le fondateur visionnaire de SPhere permet alors à son entreprise de s’intégrer dans le domaine de la fabrication des matières premières bioplastiques. « En ayant ainsi lancé SPhere dans les bioplastiques, nous avons anticipé sur une évolution profonde des mentalités, tout en prenant une longueur d’avance sur la loi de transition énergétique. Votée dix ans plus tard, celle-ci impose désormais la disparition rapide des sacs en plastiques d’origine pétrolière au profit des sacs en plastique d’origine biosourcée ou des sacs en papier » souligne John Persenda.

En quête d’un nouvel actionnaire de référence

Pour le fondateur de SPhere, le succès commercial de son offensive dans le domaine des produits bioplastiques va être amplifié par le rachat, en juin 2017, du n°1 de la distribution en France des sacs pour fruits et légumes, AEF (150 M€ de chiffre d’affaires). Au même moment, l’entreprise organise la sortie du second investisseur entré en 2010. Tandis que d’autres projets de croissance externe se profilent à brève échéance en Europe, une recomposition importante du capital est ainsi envisagée. Hasard des calendriers, Hubert Roux de Bézieux, qui a identifié cette entreprise à fort potentiel sur un marché en pleine rupture, contacte John Persenda alors que celui-ci réfléchit à la recomposition de son actionnariat, se mettant en quête d’un nouvel actionnaire de référence à même de l’aider à réaliser un ambitieux plan de développement qui vise le milliard de chiffre d’affaires à l’horizon 2020. Les équipes des deux entreprises se rendent très rapidement compte que, par-delà leurs différences, elles partagent des visions et un enthousiasme communs pour les entreprises en développement.

Titre

Défi relevé !

John Persenda aime les défis. Alors qu’il était sur le point de signer avec deux autres investisseurs, l’entrepreneur change d’avis et propose à Orfite de relever le défi d’une collaboration avec SPhère. La réactivité de l’équipe d’Orfite, son ancrage français, son professionnalisme, sa vision industrielle des enjeux économiques constituent autant de caractéristiques qui emportent sa décision. « Le projet d’Orfite s’inscrit aussi dans notre refus de délocaliser, notre volonté de produire en France et en Europe. Avec des équipements toujours plus modernes et robotisés, avec le soutien de notre investisseur, nous pourrons donner leur véritable mesure à nos ambitions environnementales et commerciales ! » conclut gaiement John Persenda.

Recevoir notre newsletter